Réhabilitation de liaisons et passages sous dalle

/ CERGY PREFECTURE

MAITRISE D’OUVRAGE

Communauté d’agglomération
Cergy Pontoise Energie Ouest

ANNEE

2012

MAITRISE  D’OEUVRE

BET / Egis France
Paysagiste / Filao aménagement
Conception lumière / Atelier S²

CONTEXTE

Ville paysage, Cergy a su préserver et valoriser l’élément végétal sur une grande partie de son territoire : parcs, jardins, coulées vertes assurent aux piétons des espaces et cheminements confortables souvent dissociés des espaces automobiles.

Les passages et liaisons sous dalles du grand centre n’ont pas suivi cette logique puisqu’ils ont été conçus comme des espaces fonctionnels souvent souterrains assurant principalement la desserte des véhicules.

Aujourd’hui, l’évolution urbaine, le développement de nouveaux usages et le renforcement des modes de déplacement «doux»  imposent de revoir la conception et l’image générale de ces espaces et d’y réintroduire des notions de confort plus en adéquation avec leurs usages réels.

Approche :
  • modifier l’image austère voire anxiogène de ces espaces de jour comme de nuit.
  • affirmer la place du piéton dans des espaces actuellement dédiés à l’automobile.
  • développer une thématique identitaire de «trames vertes» dans ces espaces.

PROBLEMATIQUE ECLAIRAGE

Ressenti diurne

De jour, ces espaces sont perçus comme sombres essentiellement du fait du contraste avec l’éclairage naturel de très forte intensité à l’extérieur.
Ce phénomène est renforcé par la faible luminance des murs et plafonds (surfaces sombres).

Les usagers passent ainsi en l’espace de quelques de mètres de zones baignées de lumière naturelle avec des niveaux d’éclairement ambiants de l’ordre de 2000 à 5000 lux (voire près de 100 000 lux en plein soleil) à des niveaux sous dalle de l’ordre de 30 à 50 lux.

Cette très grande différence de contraste implique que même un allumage de jour des luminaires équipant actuellement ces passages ne suffirait pas à améliorer la situation et le ressenti de ces espaces. (l’éclairage actuel assure des niveaux lumineux de l’ordre de 40 lux , bien insuffisants au regard des niveaux extérieurs)

PARTI D’AMENAGEMENT LUMIERE

Eclairage de jour :

Il ne s’agit pas de chercher à obtenir sous dalle les mêmes niveaux d’éclairement qu’ à l’extérieur mais de créer judicieusement des zones de luminances fortes qui assurent la continuité visuelle avec les niveaux extérieurs et rythment le cheminement.
Cette approche permet de créer des ambiances confortables avec une certaine économie de moyens et de consommation.

Eclairage de nuit :

L’enjeu est de maîtriser au maximum la lumière fonctionnelle (actuellement omnidirectionnelle) pour permettre de créer des zones préservées pour une mise en scène lumière (couleur, projection de trames lumineuses).

« Trame verte »

Ce principe scénographique propose de modifier l’image de ces espaces en affirmant la place du piéton et en réintroduisant un imaginaire lié au végétal.

Nous le déclinons en fonction de la configuration des lieux par le biais de plusieurs types de supports graphiques ou lumineux :

  • Des projections de trames lumineuses au sol ou sur les murs des espaces souterrains
  • Un mobilier d’éclairage type colonne lumineuse de petite taille (échelle humaine) dédié aux circulations piétonnes sous dalle et extérieures.
  • Des panneaux sérigraphiés de grande taille (2 à 3 metres) :Ils ont à la fois un rôle scénographique mais assurent surtout l’intégration et la dissimulation des matériels d’éclairage.
S2_chateau-cagnesS2_chateau-de-maisons_17